La musique militaire et les tattoos

Royal_Military_College_of_Canada_band_piper_and_bugler,_Remembrance_Day

L’histoire militaire est indissociable de l’histoire de l’humanité. Il n’est donc pas surprenant que beaucoup de références à cette histoire apparaissent dans des films, des livres et mêmes des jeux. Certains casinos en ligne comme Spin Palace Casino vont même jusqu’à proposer des jeux inspirés des batailles mythiques, ou emploieront des thèmes musicaux propres aux corps armés. De la musique très populaire, dont la fonction première est très distincte de son utilisation actuelle.

Aujourd’hui, les tattoos représentent le gros lot de la musique militaire. Il s’agit d’organisations internes aux armées ou aux autres corps martiaux, qui servent principalement pour les cérémonies. Cela dit, les origines de telles organisations sont indissociables de l’histoire militaire.

Qu’il s’agisse des chinois, des romains, des carthaginois ou même des zulus, la musique a toujours été d’importance majeure dans le fonctionnement des armées. On le sait bien, les généraux et autres officiers ont une meilleure lecture de la situation que les troupes qui se trouvent au front. Il fallait donc trouver un moyen pratique de communiquer avec tout l’armée rapidement, et surtout efficacement, à une époque où il n’y avait pas encore la radio. Les tambours de guerre ont été les premiers à jouer ce rôle. L’armée entière était en mesure de reconnaître les rythmes qui signalaient une retraite, un assaut ou l’arrivée de renforts.

Aujourd’hui, les armées communiquent par radio ou par internet, plutôt que de compter sur la musique. Malgré tout, la musique militaire ne s’est pas éteinte. Elle a survécu sous la forme de tattoos militaires. Des groupes musicaux composés par des soldats, qui se produisent lors d’événements formels, de festivals ou de cérémonies d’État. Au Luxembourg, il est d’ailleurs régulièrement organisé des concerts de musique militaire au profit des particuliers. Un moyen de rapprocher les civiles des militaires qui les protègent.