L’origine du terme “military tattoo”

1024px-US_Navy_090828-N-5843P-061_The_U.S._Navy_Band,_led_by_Captain_George_N._Thompson,_performs_an_action-adventure_medley_on_the_floor_of_the_Pepsi_Coliseum

Quand on vous parle de military tattoos, ne les confondez pas avec les tattoos, les tatouages, ces dessins et inscriptions indélébiles pratiquées sur la peau. Bien que ces deux termes aient des similitudes orthographiques, ils ont tous deux des histoires et des origines très intéressantes mais totalement différentes (que ça soit dans le temps et dans l’espace). Nous allons plutôt nous pencher sur les military tattoos.

Le terme military tattoo date du 17ème siècle et de la guerre de Trente Ans (une série de conflits qui se sont déroulés dans la région historique des Pays-Bas entre 1618 et 1648). Les forteresses néerlandaises étaient alors gardées par des troupes mercenaires qui étaient sous commandement fédéral. L’armée néerlandaise était composée d’Écossais, d’Anglais, d’Allemands et de Suisses mais elle était dirigée par un officier néerlandais. Tous les soirs, à 21h30, les tambours de la garnison étaient envoyés dans les villes pour dire aux soldats qu’il était temps de retourner à leur baraquement. Ce procédé appelé DOE DEN TAP TOE (en français, « fermez les robinets ») signalait aux aubergistes de la ville qu’ils devaient arrêter de servir à boire et fermer leur établissement. Les tambours parcouraient l’ensemble des rues des villes de garnison et jouaient jusqu’au couvre-feu de 22h, une dernière parade avant la nuit en quelques sortes. Les termes TATTOO, TAP-TOO et TAPTOO dérivent donc des termes néerlandais TAP TOE.

Au fur et à mesure des années, ce procédé s’est plutôt transformé en un show du soir où se mêlaient performances théâtrales et musicales accompagnées de jeux de lumières. On pouvait souvent y entendre la sonnerie aux morts jouée au clairon et au tambour (hymne jouer dans les armées du Commonwealth pour commémorer les personnes tuées dans la guerre). Ces tattoos étaient communs à la fin du 19ème siècle dans les villes de garnison.