Qu’est-ce qui se cache derrière un military tattoo

concert-662851_960_720

À la base, on donnait le nom de military tattoos aux parades de militaires qui jouaient du tambour à la tombée de la nuit dans le but de signaler aux soldats qu’il était l’heure de rentrer dans leurs baraquements. Ce n’est plus cet appel que l’on retrouve dans les military tattoos actuels. Ils sont plutôt devenus un spectacle ouvert à d’autres prestations. Les spectateurs peuvent désormais apprécier des performances à caractère militaire plus évoluées que les simples roulements de tambours dans les rues des villes de garnison.

Au fil des années, l’organisation de military tattoos est devenue une routine et ces festivals de musique militaire ont été organisés comme source de divertissement attirant des foules de militaires mais également de civils. Ils ont pris une forme plus élaborée et plus théâtrale avec des jeux de lumières et des uniformes soignés pour les musiciens et divers artistes. Les military tattoos étaient fréquents avant et entre les deux grandes guerres mondiales de 1914-1918 et de 1940-1945.

Traditionnellement, les formations musicales militaires utilisaient principalement des instruments classiques tels que les tambours, les bugles et les cornemuses et ils ne jouaient pas dans des salles afin que tout le monde puisse profiter de leur musique sans devoir débourser le moindre sous. La musique était une manière pour les militaires de montrer une image un peu moins rigide et plus chaleureuse de celle que les civils leur connaissent. Petit à petit, des instruments modernes ont fait leur apparition et les prestations ont commencé à être organisées dans des salles plutôt qu’à l’extérieur. Les fonds récoltés lors des évènements en intérieur étaient généralement reversés en soutien aux vétérans de l’armée.

Aujourd’hui, les military tattoos ont la cote partout à travers le monde, certains un peu plus que d’autres comme le célèbre Royal Edinburgh Military Tattoo qui rassemble des masses de touristes chaque année devant le château d’Édimbourg.